Tous les jours, il y a une raison de dire que Grenoble c’est mieux

A propos de

Vous trouverez sur cette page un échantillon des 572 raisons qui font dire que Grenoble c’est mieux.

Pour en découvrir d’autres, explorez les différentes rubriques listées dans le menu Catégories. Et si vous souhaitez ajouter une raison, en corriger ou en améliorer une, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ou à envoyer un message

Grenoble, capitale de la politique

Grenoble, terre de débats

Points marquants

Le journal Libération organisait du 13 au 15 septembre 2007 à Grenoble, un forum sur l’avenir politique de la France.
Grenoble a été choisie pour héberger ce premier événement « sans équivalent en France », sans doute grâce à ses « auditoires exigeants » et à ses « salles très attentives et perspicaces ».

« Certes, Grenoble est particulier: c’est une ville où le tissu associatif est très fort et énergique. » reconnait Laurence Bloch, Directrice adjointe de France Culture.

Bilan chiffré : 20.000 personnes ont assisté aux débats. 54 débats au total. 147 journalistes.

L’édition 2008 de ce forum a eu lieu du 19 au 21 septembre.

Jacques Fonteray

Costumes pour le cinéma et le théâtre

Culture

Né à Grenoble en 1918, Jacques Fonteray, diplômé de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, a débuté une carrière de peintre et décorateur dès 1946. Après sa rencontre avec Marcel Carné, en 1959, il est devenu créateur de costumes, participant à de nombreux films pendant près de trente ans. Il a ainsi travaillé avec Denys De La Patellière, Philippe De Broca, Edouard Molinaro, Gérard Oury, Robert Enrico… se plongeant tour à tour dans le moyen-Age (La Fabuleuse aventure de Marco Polo, 1963), Le XVIe siècle (Dames galantes, 1990), Le XVIIe siècle ( La Folie des grandeurs, 1971), Le XVIIIe siècle (Mon oncle Benjamin,1969), La belle époque (Hibernatus, 1969), les années folles et l’entre-deux guerres (Borsalino, 1969, Boulevard du rhum, 1970, La banquière, 1980, Une femme française, 1994), sans compter de nombreuses comédies contemporaines.

Jacques Fontenay a aussi beaucoup travaillé pour le théâtre, prêté son concours à diverses expositions et publié un ouvrage « Costumes pour le cinéma » en 1999.

Janine Charrat

Danseuse étoile

Personnages

Janine Charrat, danseuse et chorégraphe, est née à Grenoble en 1924. Elle a créé de très nombreuses chorégraphies et a travaillé entre autres avec Roland Petit. Son art s’impose par sa rigueur.

Grenoble : meilleure académie de France

Des têtes bien faites

Points marquants


Comme chaque année, l’académie de Grenoble, qui englobe la Haute-Savoie, la Savoie, l’Isère, la Drôme et l’Ardèche, est la meilleure académie de France pour le taux de réussite au baccalauréat toutes séries confondues avec 91,8%. La moyenne nationale n’est qu’à 87,6 %. (Année 2007).
Et l’Académie de Grenoble remet ça en 2008, avec 92,6% de réussite au baccalauréat général, la moyenne nationale étant de 87,8% !

En 2004-2005, elle comptait 3.889 établissements et employait 64.588 personnes (dont 48.486 enseignants). 672.440 élèves, apprentis et étudiants y suivaient des cours.

En 2007-2008, 3.608 établissements, animés par 54.289 personnes (dont 45.699 enseignants). 678.026 élèves, apprentis et étudiants y suivent des cours.

Télécharger le document PDF

Louis Néel

Prix Nobel

Science

Louis NÉEL prix Nobel de physique en 1970, auteur d’importantes contributions sur la théorie du ferromagnétisme, a créé à Grenoble en 1946 le laboratoire qui deviendra plus tard le Laboratoire d’électrostatique et de physique du métal du CNRS. Directeur en 1954 de l’Institut polytechnique de Grenoble, il dirige deux ans plus tard le Centre d’études du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) près duquel il fera implanter un Centre d’études nucléaires, contribution décisive à la création à Grenoble d’un des complexes les plus en vue de la recherche en France : le Polygone.

Bruno Saby

Pilote de rallye

Sport

Le grenoblois Bruno Saby a été champion de France des rallyes à plusieurs reprises. Il a remporté le rallye de Monte-Carlo ainsi que le Tour de Corse. En 1993, il gagne le rallye Paris-Dakar sur Mitsubishi Pajero.

Pierre Péju

Romancier et essayiste grenoblois

Culture

Professeur au lycée international Stendhal, à Grenoble, et directeur de programme au Collège international de Philosophie, Pierre Péju est aussi l’auteur de plusieurs essais, romans, contes et nouvelles. Spécialiste du romantisme allemand, il dirige la Collection romantique (domaine allemand) aux éditions José Corti.

Des sauts de plus de 100 mètres

Grenoble plus loin

Premières

Vladimir Belousov (URSS) et Jiri Raska (TCH) premiers et deuxième de l’épreuve du grand tremplin des JO de Grenoble franchissent pour la première fois de l’histoire des Jeux Olympiques la barre des 100 mètres en saut à ski. Malgré des conditions très changeantes (20° d’écart), le tchécoslovaque Jiri Raska remporte également le concours de saut à ski sur petit tremplin.

Le ballon éclairant à l’hélium

Grenoble éclaire plus haut

Premières

Le ballon éclairant à l’hélium est une invention de la société grenobloise Airstar.

Les applications de ce ballon éclairant sont multiples : du cinéma aux stades en passant par les chantiers et les terrasses, …

Le 4 janvier 1994, Pierre Chabert prépare avec l’aide de trois personnes son activité de ballons éclairants.
Après l’embauche d’une couturière et d’un électricien, la production commence dans un local de 900 m².

Le premier ballon s’appelle Lunix et son acquéreur est basé en Asie.
Les médias s’intéressent immédiatement à ce produit et contribuent largement à le faire connaître.

Au début de l’aventure, tout le monde prend part à la production des ballons et les rôles ne sont pas figés.
Aujourd’hui encore, aucune étape de la création des ballons n’est délocalisée.
Pour accompagner son développement, Airstar investit dans un nouveau bâtiment de 2 000 m² et s’y installe en avril 2000

Pomagalski

Accroche toi au cable

Economie

Pomagalski installe son premier téléski, à base de bois et de tôle, en 1935 à l’Alpe d’Huez (Isère).
La société créée à Fontaine, près de Grenoble, est devenu le leader mondial du transport par câble, pas forcément en milieu de montagne.

A Grenoble, il aurait du être célèbre, grâce au Poma2000 qui devait offrir un mode de transport révolutionnaire dans toute la ville. L’arlequin à la Villeneuve, ainsi que l’immeuble au bout de la rue Hébert en portent encore les traces.

Mais des projets ont été réalisés dans d’autres villes.

Le fils aîné du Roi est le Dauphin

Encore un hommage au Dauphiné

Moments historiques

Quand Humbert II négocie la fusion/acquisition du Dauphiné et du Royaume de France, il obtient en plus des 200 000 florins que la province devienne l’apanage du fils du Roi et qu’il porte le titre de Dauphin. Pour autant le Dauphin n’a pas de souveraineté réelle sur le Dauphiné. Bien joué Humbert !

Le dernier dauphin de France est le duc d’Angoulême, fils de Charles X, qui reçoit ce titre à l’avènement de son père en 1824.

Fallait pas

1996

Cinéma, tourné à Grenoble ou presque


Réalisé par Gérard Jugnot

Avec Gérard Jugnot, François Morel, Micheline Presle

Fallait pas ! Bernard Leroy n’aurait jamais dû accepter que son entreprise l’envoie à « un stage commando » en montagne la veille de son mariage avec Constance. Fallait pas, quand il s’est retrouvé dans le décor sur une route enneigée, aller sonner à la porte de ce chalet isolé pour demander du secours ! Fallait pas, vraiment pas !



Serge Lemoine

Grenoble à la tête du Musée d’Orsay

Culture

Avant de prendre de 2001 à 2008 la présidence du Musée d’Orsay, Serge Lemoine a été pendant 18 ans le conservateur en Chef du Musée de Grenoble.

C’est notamment sous sa direction que le Musée a déménagé de la place de Verdun à la place Lavalette.

Serge Lemoine, spécialiste de l’abstraction, a organisé à Grenoble plusieurs grandes expositions à la renommée internationale.